La NASA isole ses fusées à l'aide de moules imprimés en 3D

La NASA isole ses fusées à l’aide de moules imprimés en 3D

Publié Par le 17/04/2020

Entre moteurs imprimés en 3D et tissus organiques imprimés en 3D dans l’espace, la capacité de la NASA à trouver des applications spatiales pour la fabrication additive ne semble connaître aucune limite. L’agence a fait preuve d’encore plus de créativité avec l’impression 3D en inventant un nouveau système d’isolation prenant mieux en compte les contraintes de ses fusées : Imprimer en 3D des moules pour aider à mieux les isoler.

 

Les défis de l’isolation de fusés

Les fusées sont les appareils utilisés pour expédier des objets dans l’espace. Ils contiennent une charge utile, c’est-à-dire les éléments utiles à la mission. Il peut s’agir de sondes, de satellites, d’astronautes ou tout autre objet utile dans l’espace. 

Pour remplir leur mission d’apporter les engins spatiaux jusqu’à leur destination, les fusées doivent être équipées de systèmes de protection thermiques performants. En effet, les frictions aériennes qui ont lieu durant le décollage génèrent beaucoup de chaleur, or, le carburant et les oxydants (qui permettent la propulsion) doivent rester froids. 

SLS on the Way to the Moon

Crédit : SLS on the Way to the Moon, nasa.gov

 

Pour éviter que les composants ne subissent des dommages thermiques, la NASA doit prévoir des systèmes de protection thermique qui peuvent recouvrir toutes les pièces. Pour ce faire, des robots pulvérisent de la mousse sur les composants. Bien que ce procédé fonctionne bien pour isoler les plus gros équipements, les plus petites pièces et les endroits sinueux sont trop difficiles d’accès. Des techniciens doivent alors prendre le relais pour appliquer la mousse manuellement, ce qui prend naturellement du temps.

 

Les avantages qu’apportent des moules imprimés en 3D

La NASA a travaillé en collaboration avec des ingénieurs de chez Boeing pour penser un nouveau système d’isolation thermique que l’agence pourra utiliser pour sa prochaine génération de fusées. Le procédé qu’ils ont créé s’appuie sur l’utilisation de moules imprimés en 3D dont le design est défini en fonction des espaces qui doivent être remplis entre les pièces. Une fois les moules conçus et imprimés en 3D, ils sont insérés dans les endroits où ils sont destinés. Ils sont alors remplis de mousse, qui peut alors atteindre crevasses et autres endroits délicats.

 

La NASA a déclaré que cette méthode lui a permis de réduire ses processus de post-production. Aussi, les tests effectués par les ingénieurs tôt dans le projet permettent à la NASA de réduire le temps requis pour approuver les nouveaux moules. 

 

Ce petit pas pour l’impression 3D viendra renforcer les atouts de la fusée la plus ambitieuse qui n’ait jamais été construite, le “Space Launch System”. Ce dernier sera utilisé par la NASA pour son prochain grand projet : Ramener les humains sur la lune d’ici 2024.

 

Nous espérons évidemment que la NASA gardera son enthousiasme en matière d’impression 3D et effectuera de nouveaux développements en fabrication additive. Si vous souhaitez avoir un portrait global des innovations en impression 3D dont l’agence est à l’origine, voici un historique. N’hésitez pas à vous abonner à notre Newsletter pour recevoir plus d’informations sur l’impression 3D et pour prendre connaissance des dernières innovations. 

 

Crédit pour image principale : SLS in Block 1 Cargo Configuration at Nightfall, nasa.gov

 

Transférez un fichier
Transférez un fichier
Plus de contenu en anglais
En voir plus